# #

Introduction

Vu l’impact négatif et profond de la mise en détention sur la santé, le développement et le bien-être des enfants, nous sommes convaincus en tant que Plate-forme Mineurs en exil que la mise en détention va toujours à l’encontre de l’intérêt supérieur de l’enfant. S’il y a un motif pour la mise en détention et si toutes les conditions sont remplies (voir plus bas), il faut toujours – quand cela implique des enfants – envisager les alternatives à la détention. Les familles ne peuvent, par ailleurs, pas être séparées.

Nous encourageons les autorités belges à renforcer et développer davantage les alternatives à la détention et d’investir dans un accompagnement de qualité, holistique (englobant) et humain sur ‘deux voies’ : le séjour et le retour.

 

Le 13 juin 2016, nous avons lancé la campagne "On n'enferme pas un enfant. Point.", pour sensibiliser et mobiliser le grand public afin de convaincre le gouvernement d’abandonner le projet de construction de ce centre fermé. Sur le site de la campagne, vous trouverez plus d'informations concernant la détention d'enfants et les alternatives à la détention. Voir également  le rapport de la Plate-forme Mineurs en exil de décembre 2015 : Laetitia Van der Vennet, 2015, Détention des enfants en famille en Belgique: analyse de la théorie et de la pratique, Plate-forme Mineurs en exil.